Pont-à-Mousson à Ceylan, 1958

Frappé par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, Pont-à-Mousson reste fidèle à sa vocation dès le retour de la paix : ses tuyaux de fonte pour le transport de l'eau sont expédiés sur les chantiers les plus lointains, comme à Ceylan en 1958 où ils sont amenés à pied d'œuvre par... des éléphants.

Si l'exportation ne retrouve pas les niveaux exceptionnels de l'entre-deux-guerres (56% du chiffre d'affaires en 1930 contre 30% vers 1950), elle reste un moteur pour Pont-à-Mousson à l'heure où la firme lorraine se lance dans la révolution technologique de la fonte ductile, une fonte plus légère et moins cassante que la fonte grise traditionnelle.