centre-saint-gobain-archives

Notre partenariat avec la LPO se développe

Le confinement a eu une conséquence inattendue : conforter notre partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Comme les espaces verts n'ont pas pu être entretenus pendant cette période, l'inventaire ornithologique et botanique réalisé cet été a donné lieu à des résultats surprenants. Les premières actions en faveur de la biodiversité se mettent en place !

Le 17 décembre 2019, Jean-Philippe Lacharme, Administrateur unique du GIE Saint-Gobain Archives, Laurent Ducol, directeur, et D. Nabon et J.P. Doreau pour la LPO ont signé une convention de partenariat. Le centre d'archives est devenu le 230ème refuge de France pour la LPO. Couvrant 3 hectares, son parc a en effet une influence positive importante dans l’écosystème de sa région, en plein cœur de la zone industrielle au nord de Blois. Ce partenariat vise à mettre en place des actions concrètes pour enrichir la biodiversité locale.

Un inventaire ornithologique et botanique surprenant

Pendant le confinement, l'entretien des espaces verts de Saint-Gobain Archives n'a pas pu être effectué et la nature a repris ses droits sur nos 3 hectares de terrain. Dans ces circonstances, l'inventaire ornithologique réalisé en juin dernier a permis des découvertes étonnantes. Les espèces dites "généralistes" (la mésange charbonnière, le pigeon ramier et la pie bavarde) sont bien présentes sur le site mais elles cohabitent avec des espèces beaucoup plus rares en milieu urbain. Nous avons ainsi fait connaissance avec l’hypolaïs polyglotte, la linotte mélodieuse, le chardonneret élégant, le gobemouche gris, le rougequeue à front blanc... Ces oiseaux ont pu profiter des herbes hautes qui ont grainé au printemps. 

changement-climatique-blois

 

Du côté botanique, l'ophrys abeille (Ophrys apifera) et plusieurs espèces d'orchidées se sont plus que jamais épanouies sur le site, comme l’orchis bouc (Himantoglossum hircinum) ou l’orchis pyramidal (Orchis pyramidali), cette dernière étant assez peu commune. Par réaction en chaîne, ces fleurs ont attiré de nombreux insectes.

Et maintenant, place aux actions concrètes

Toutes ces données issues de l'observation des experts de la LPO ont permis d'adapter la gestion des espaces verts. L'objectif est de favoriser la biodiversité et d'optimiser les coûts d’entretien avec un projet d’éco pâturage. Les produits phytosanitaires n'étaient déjà plus employés sur le site depuis quelques années. Pour aller plus loin, les espaces verts sont désormais gérés de façon différenciée selon la technique dite des "îlots". Certaines zones continuent à être tondues, d'autres sont laissées en herbe pour permettre aux oiseaux, aux insectes et aux fleurs de s'épanouir... pour le plus grand plaisir des archivistes et des visiteurs !