La "canalisation générale de Paris"

C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle, l’Annuaire statistique de la Ville de Paris désigne les travaux de pose de canalisations en fonte pour l’adduction en eau potable et l’évacuation des eaux usées de la capitale. Cette référence commerciale prestigieuse a permis aux Fonderies de Pont-à-Mousson, filiale de Saint-Gobain, de s’imposer sur le marché national seulement trois décennies après leur création.

Entre 1878 et 1893, 80 % des 85 000 tonnes de tuyaux et pièces de raccords mis en œuvre par la Ville de Paris ont été fabriqués par l’usine lorraine.
Pont-à-Mousson a filmé le chantier en 1922 pour mettre en scène sa contribution aux travaux d’adduction des eaux de la Voulzie à Paris. Par un curieux clin d’œil de l’histoire, une autre filiale de Saint-Gobain, les mortiers Weber, ont participé en 2013 à la rénovation des arcades de l’aqueduc de la Vanne, construit en forêt de Fontainebleau pour l’alimentation en eau de Paris… un autre chantier de Pont-à-Mousson !