Maisons à donner à la Briqueterie, 7 avril 1780

« Dans un endroit aussi solitaire que celui-ci, écrivent vers 1775 les ouvriers de Saint-Gobain, le logement fait la partie la plus considérable du peu d’agrément qu’on peut s’y procurer ».

La glacerie, qui fonctionne à feu continu, a besoin d’un personnel disponible en permanence. Plus encore, la Manufacture royale veut protéger les secrets de fabrication que détiennent ses verriers.
À Saint-Gobain, au fil des agrandissements de la manufacture, l’ancien logis seigneurial du château où elle s’était installée en 1692, ne suffit plus au logement du personnel. À partir des années 1770, le directeur Pierre Delaunay-Deslandes fait construire les deux premières cités ouvrières qui comptent 140 logements et abritent 600 personnes à la veille de la Révolution.
La répartition des maisons ouvrières entre les employés de la manufacture est arrêtée chaque année par le Conseil d’administration. L’état de répartition indique le nom, l’emploi et l’ancienneté des bénéficiaires.
Les ouvriers des halles sont logés dans les murs de la manufacture pour rester à proximité immédiate des fours tandis que les ouvriers des autres ateliers sont envoyés à la Briqueterie (ou cité de la Terrière), à l’extérieur des murs.